L’edifice Cosmique

fleur

(Français / English)
«Il n’y a rien à reprocher au scientifique qui décrit un minéral, un végétal, un animal ou un être humain. Ce qu’il dit est vrai. Mais ce n’est qu’une vérité partielle. Pour qu’elle soit complète, il faut qu’il replace l’objet de son étude au sein de la vie universelle à laquelle il appartient.

Détachés de cette vie, la pierre, la plante, l’animal, l’homme sont privés de l’essentiel. Car les êtres et les choses n’existent pas séparément, mais comme des parties d’un tout qui sont liées entre elles. Il faut donc apprendre à les situer dans l’édifice cosmique pour voir comment ils vibrent en harmonie et participent à la vie du tout. Si, par commodité, on est obligé de les étudier séparément, on doit aussi chercher à comprendre comment circule de l’un à l’autre ce « quelque chose » qu’ils ne possèdent pas tant qu’ils sont séparés: la vie.

Séparez les éléments, la vie s’interrompt; mais reliez-les à tous les autres éléments de la terre et du ciel, la vie réapparaît, et vous possédez le vrai savoir.

Quel que soit le domaine où vous exercez votre activité, l’essentiel, c’est que vous arriviez à mettre la vie au centre afin de la voir dans sa dimension la plus vaste. À partir de ce moment-là, toutes les études que vous pourrez entreprendre bénéficieront de cette lumière.»

• Omraam Mikhaël Aïvanhov •

« We have nothing to reproach scientists for when they describe minerals, vegetables, animals or human beings. What they say is true. But it is only a partial truth. For the truth to be complete, they would have to place the object of their study back into the context of universal life where it belongs.

When stones, plants, animals and humans are dissociated from this life, they are deprived of what is most important; beings and things do not exist separately but as interconnected parts of a whole. So we need to learn to place them within the cosmic structure to see how they vibrate in harmony and play their part in the life of the whole. If we have no option but to study them separately for the sake of convenience, we must also try to understand that there is a certain ‘something’ circulating between them that they do not possess when separate – namely, life.

Separate the elements, and life stops; but reconnect them to all the other elements on earth and in heaven, and life reappears, and you have true knowledge.

Whatever field you work in, the most important thing is to place life at its centre, so that you see your activity in its greatest possible dimension. From then on, any studies you undertake will benefit from this insight. »

• Omraam Mikhaël Aïvanhov •

  Editions Prosveta

Cet article, publié dans Les enseignements de Omraam Mikhaël Aïvanhov, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s