L’Ambroisie : la nourriture des Dieux

yan 2Tout ce qui existe sur la terre a déjà existé
sous une autre forme

« Tout ce qui existe sur la terre a d’abord existé à l’état éthérique dans le soleil. Les quatre éléments se sont en effet formés par condensations successives. Au commencement était le feu. À partir du feu s’est formé l’air, à partir de l’air s’est formée l’eau, et à partir de l’eau, la terre. Or, le soleil est une des nombreuses formes du feu, et c’est donc en lui que se trouvent à l’état subtil tous les éléments qui ont formé notre terre et les autres planètes. C’est en s’éloignant de lui qu’ils se sont condensés.
Tout ce qui existe sur la terre comme substances minérales ou végétales existe donc déjà à l’état subtil, éthérique, dans le soleil. Et la question pour nous est de trouver comment, en nous concentrant sur le soleil, nous pouvons capter dans leur pureté originelle toutes ces substances dont nous avons besoin pour notre épanouissement physique, psychique et spirituel. Celui qui les cherche uniquement en bas, dans le plan physique, sans faire aucun effort pour s’élever, ne gagne rien sur le plan spirituel. Mais qu’il fasse un travail par la pensée pour aller chercher ces éléments à la source, et il recevra la nourriture des dieux : l’ambroisie. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov


Quelques oeuvres de Omraam Mikhaël Aïvanhov


__________________________________________
L’ambroisie : Nourriture des dieux

Son premier rôle est de nourrir les Dieux de l’Olympe. En effet, ils ne se nourrissent pas de nourriture humaine ni de vin, mais uniquement de nectar, qui remplace le vin, et d’ambroisie, qui remplace la nourriture solide, mais n’est pas nécessairement solide elle-même. Chez Homère, celle-ci est apportée par des colombes depuis l’Extrême-Occident, pour nourrir les chevaux divins.

Priver un dieu du nectar et de l’ambroisie est l’un des pires châtiments qui puisse lui être infligé, à hauteur d’un crime capital : le parjure d’un serment prêté sur les eaux du Styx. Hésiode explique ainsi dans la Théogonie, passage probablement interpolé :

« Quiconque, parmi les Immortels, maîtres des cimes de l’Olympe neigeux, répand cette eau pour appuyer un parjure, reste gisant sans souffle une année entière. Jamais plus il n’approche de ses lèvres, pour s’en nourrir, l’ambroisie et le nectar. Il reste gisant sans haleine et sans voix sur un lit de tapis : une torpeur cruelle l’enveloppe. »

L’ambroisie se caractérise par sa douceur : Ibycos indique qu’elle est neuf fois plus sucrée que le miel3. Elle est parfois présentée comme un liquide : Sappho parle de mélanger « un cratère d’ambroisie4 » et Anaxandridès déclare boire « à même l’ambroisie5 ». L’ambroisie est aussi considérée comme une herbe.

Onction divine

Les dieux s’en servent comme onguent, en oignant leur corps pour le préserver, ainsi que celui de leurs favoris ou même afin de conférer l’immortalité : Dans l’Iliade, le corps de Sarpédon est oint d’ambroisie par Apollon6, celui de Patrocle par Thétis (XIX, 38) et celui d’Hector par Aphrodite 7. Dans ces trois cas, il s’agit de préserver le cadavre de la corruption. L’ambroisie est alors décrite comme « une huile divine, fleurant la rose ». Peut-être faut-il y voir une allusion aux rituels de l’embaumement. En effet, proclame Thétis au sujet de Patrocle, grâce à cette onction :

« Quand bien même il demeurerait là, gisant, toute une année,
Sa chair demeurera intacte, et embellira même. »

Héra elle-même s’en sert pour un usage cosmétique, quand elle veut séduire Zeus au chant XIV : « avec de l’ambroisie, elle efface d’abord de son corps désirable toutes les souillures » 9. Enfin, le second usage consiste à rendre immortel un mortel. Ainsi, selon la légende post-homérique, Achille est frotté tous les jours par sa mère avec de l’ambroisie, et plongé dans les flammes, qui doivent dévorer sa part mortelle. Dans l’hymne homérique à Déméter10, la déesse fait de même avec Démophon, fils de Céléos.

Nadine Jane S. : Source Wikipédia

Cet article, publié dans Les enseignements de Omraam Mikhaël Aïvanhov, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Ambroisie : la nourriture des Dieux

  1. sarah dit :

    j’Adooore l’Esprit de l’Ancien Temps,
    l’Imaginaire au Service du Présent, merci… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s