Le Sens des Valeurs

ameridien3Qu’est ce que le véritable partage ?

« Cela commence dès ta naissance où l’on te met une étiquette de valeur dans le Temps : ton âge. Selon l’âge que tu as, on t’identifie dans une catégorie de personnes ou encore l’on juge ton degré d’évolution, ton avancement social, familial, sentimental ou intellectuel. En réalité l’âge n’est qu’une étiquette qui ne veut rien dire et qui n’est pas une véritable valeur.
Par contre, celle-ci favorise fréquemment un conflit à l’intérieur de ton esprit, lorsque tu vois le chiffre de cette étiquette grandir dans les années. Très souvent, d’autres personnes se font un devoir de te rappeler cet état, dans divers domaines. « mais tu as 20 ans (30 ans, 40 ans…) et tu n’as pas d’enfant, tu n’est pas marié(e), tu n’es pas propriétaire d’une maison?… mais ce n’est pas normal! » …/…
Un très jeune enfant peut être un très vieil esprit et enseigner des valeurs sacrées à un adulte. Cette étiquette est juste une référence pour ton corps physique mais ne détermine pas la valeur de l’esprit qui s’y trouve.
Le corps ne fait pas l’âge de l’esprit qui y habite
A ce jour, l’être humain moderne que tu es devenu est souvent en compétition avec la vie. Dans cette forme d’évolution, rien ne peut être vraiment partagé et rien n’a vraiment de valeur. Chacun veut s’approprier des choses pensant enrichir ou améliorer son confort et sa vie personnelle. Au lieu de partager de vraies valeurs, tu te soucies toujours, quelque part, de ce que possède ton voisin, ou bien de son évolution, pour ensuite te mettre en tête qu’il faut aussi bien faire que lui, sinon mieux, afin de t’intégrer parfaitement dans ce monde moderne qui est symboliquement une belle boite hermétique que tu as créée toi-même pour t’y enfermer.

Quel est le partage dans tout cela?
Ou sont les vraies valeurs ?

Cette notion d’évolution mène vers un chemin quelque peu égoïstement individualiste, indépendant de sa véritable volonté. Cela ferme aux vraies valeurs, au vrai partage et empêche d’avoir un esprit généreux et ouvert. L’être humain veut toujours plus, et dans ce « plus », il y a le piège de l‘individualisme. Lorsque je parle ici d’individualisme, c’est bien sûr dans le sens où, quand tu consommes des biens matériels, et bien quelque part, un peu partout dans le monde des vies s’éteignent, des choses sont détruites, juste parce que tu utilises des produits qui condamnent. A mon sens, c’est en cela qu’est en partie et en partie seulement, l’individualisme et l’égoïsme.
Tu sais, si tu souhaites faire changer les choses, si tu veux que que ce monde évolue et devienne meilleur, il est essentiel que tu puisses te diriger sur ce chemin de partage, vers ces vraies valeurs. Il serait bon que tu puisses oublier quelque peu les valeurs matérielles qui retiennent ton esprit et qui ne valent rien en réalité, sauf les étiquettes que tu as bien voulu leur mettre. D’ailleurs, un objet en lui-même ne doit pas avoir de valeur matérielle, mais c’est ce qu’il symbolise pour toi qui peut lui définir en réalité une valeur matérielle, sentimentale, émotionnelle ou spirituelle.

ameridien1Le partage dont je souhaite te faire prendre conscience est dans les valeurs spirituelles, des valeurs de sagesse, de respect et de compréhension. C’est en cela que tient l’avenir du monde. Les notions de possessions qui n’engendrent souvent que des conflits entre individus ou envers soi-même ne sont à mon sens qu’un poison dont l’être « humain » est devenu dépendant.
J’ai une grande stupéfaction lorsque je vois dans les supermarchés, pendant les jours de soldes, des personnes se disant « civilisées » qui courent dans tous les sens, se précipitant sur des objets qui ne sont pas vraiment essentiels à leur vie. J’ai vu des gens se disputer, s’insulter, se battre même, faire acte de violence gratuite pour ces marchandises, comme si leur vie en dépendait. Je trouve ces attitudes inutiles et indignes de personnes se disant « civilisées ».
Dans certains pays, juste à coté de ton « monde », des peuples essaient de lutter contre de grands industriels afin de garder leurs terres pour pouvoir survivre, aujourd’hui, dans cette époque dite « évoluée »…
Je regarde également avec consternation et étonnement ces nouvelles générations qui vivent complétement dépendantes de ce monde moderne, dans un contexte presque entièrement virtuel. Ils partagent leurs vies à travers des écrans, ils s’écrivent des messages abrégés à travers des écrans, ils se parlent à travers des écrans, se rencontrent à travers des écrans, flirtent à travers des écrans, évoluent à travers des écrans. Ils n’ont plus de notion de réalité et de vraies valeurs. Ils ne sont plus au contact de la nature afin d’apprendre les enseignements. Ils n’écoutent plus les anciens. Ces jeunes générations jouent également à des jeux virtuels très réalistes qui leur apprennent aussi la compétition, la violence facile et la destruction. Par la suite, l’être humain s’étonne effroyablement lorsque ces enfants ne respectent plus rien, n’écoutent plus, n’ont plus d’estime pour les anciens ou même pour leurs parents et sont en rébellion contre toute chose …/…
Pour parler de réalité également, dans ce manque de partage et de valeurs, j’ai une profonde indignation et une certaine désapprobation lorsque je vois ces jeux télévisés, ces télés « réalités » qui montrent la vie de personnages célèbres ou anonymes qui s’affrontent dans certains contextes dans le seul but de divertir la population, de la distraire, afin qu’aucun ne puisse se préoccuper de la vraie réalité. Ces émissions aussi, où ils enferment des gens dans un domaine clos, de préférence dans une grande maison de luxe ou une ile paradisiaque pour voir qui va « survivre » et sortir « vainqueur » de cette épreuve où il n’y a malheureusement que compétition, individualisme, égocentrisme, intérêt, matérialisme, hypocrisie, vice, médisance, envie de gain et de pouvoir. Ces jeux télévisés où les gens gagnent de grosses sommes d’argent, des voyages, des voitures ou des maisons de diverses manières. Et pendant cela, pour pouvoir faire fonctionner cette grande « machine » de consommation que tu alimentes, certains « grands messieurs » continuent de détruire des terres, des forêts et tuer des animaux. Ils anéantissent aussi des peuples qui essaient eux, de véritablement lutter pour préserver leurs besoins vitaux et garder leurs territoires, leurs vraies valeurs pour survivre, en ayant une véritable notion de ce que veut dire « survivre ».
Je parlerai avec retenue à propos des shows de divertissements sur certaines chaines télévisées diffusées dans de nombreux pays à travers le monde ou l’on te montre de belles recettes de cuisine très raffinée proposées fièrement par des « chefs » cuisiniers, ou encore d’autres programmes où des personnes s’affrontent à faire le meilleur repas, pour savoir « qui va gagner ». Et dans un autre endroit du monde, au moment même où tu regardes confortablement cette émission, il y a un enfant en train de chercher désespérément de la nourriture dans une décharge d’ordures, ou encore un autre, dans un autre pays, recroquevillé, à même le sol, avec juste la peau sur les os, les yeux larmoyants et couverts de mouches, qui pousse son dernier soupir, parce qu’il n’a rien eu pour se nourrir…
Et tous ces gens, ces enfants qui meurent de faim dans le monde ou qui n’ont plus d’abris où vivre, alors que certains « grands messieurs » collectionnent des voitures de luxe valant des fortunes, abritées dans des lieux tout aussi luxueux…

ameridien2Est ce en ce paradoxe que les gens se disent « civilisés«  ?
Est-ce cela que l’être humain nomme « dignité »?
Est-ce cela que l’Homme appelle le « divertissement » ?
Est-ce cela que l’on décrit comme « civilisation » ?
Est-ce en cela que l’être « humain » se dit « moderne » ?
Est-ce ce chemin, le modernisme ?
Est-ce cela « l’évolution » ?
Est-ce en cela qu’est le « partage » ?
Est-ce cela pour toi « les vraies valeurs » ?

Où est le partage dans tout cela ?
Où sont les vraies valeurs ?

Certains êtres humains prennent la Mère Terre comme un grand terrain de jeu où tout est faussé par de « grands messieurs » qui te poussent à être un pion de ce grand jeu, pour te garder en bas, endormi, distrait et que tu oublies ces vraies valeurs, ce partage Universel…

Dans cette période modernisée, les gens oublient,
Et s’oublient aussi…

Nadine Jane S : Extraits du livre « Un même Souffle » : Le chemin vers une nouvelle conscience, une énergie Universelle, une nouvelle lumière. De Conrad.
Site : https://sites.google.com/site/conradawhiteeagle/

En passant | Cet article, publié dans Nouvelle Terre, Philosophie Amérindienne, Réflexions, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s