Pourquoi suis-je sur Terre ?

mission-vie-cheminPourquoi suis-je sur Terre ?

Pourquoi je suis sur Terre ?
Comment savoir qu’une personne est faite pour nous ?
Doit on vivre des expériences pour savoir ce qu’on fait sur Terre ?
Que faire de son intuition ?

La terre est une école. Nous sommes ici pour grandir et apprendre. Apprendre qui nous sommes vraiment. À dépasser notre illusion personnelle. À dépasser notre égo, pour  inclure ce qui « EST ».

Pour cela, la vie nous aide. Elle met sur notre chemin le MEILLEUR pour nous-même, même si parfois nous ne voulons pas de ce qu’elle nous offre, ou même si parfois nous ne comprenons pas.

De la sorte, les rencontres ne sont pas non plus le fruit du hasard ! TOUTES les rencontres, amoureuses également, n’ont d’autre but que celui de nous faire évoluer. Cela s’appelle l’effet miroir, ou la résonance.

Il n’y a donc rien à « atteindre » en particulier. Il n’y a juste qu’à être engagé dans ce chemin de croissance, de l’aimer en tant que processus épanouissant. Là est le but : Le chemin. Le chemin est le but.

Ce parcours est beau, exaltant et croissant. Il rend heureux, il nous libère, il nous rend libre au travers de la conscience qu’il déploie.

Transcription texte de la vidéo : (questions/réponses)

Lettre de Faiza à Maxime
« Bonjour,
Je viens de comprendre après un divorce (5 ans ) ce qu’est la dépendance affective. J’ai réussi en te lisant à comprendre que ce que je reprochais à l’autre était en moi.
La vie me paraît plus simple, je me concentre sur moi-même et j’aime la vie tout simplement.
Maintenant comment savoir avec l’histoire de la petite âme pourquoi je suis sur terre. Dois-je écouter cette petite voix que j’ai d’ailleurs toujours entendue en moi me parler et la suivre.
Je suis une personne sensible et souvent je ressens les gens et les êtres . Je sais quand je suis bien avec quelqu’un et quand je suis mal. Je m’entends très bien avec les gens en général.
Comment savoir qu’une personne est faite pour nous ( comme je n’ai pas encore refait ma vie). Je me pose la question de la rencontre. Même si j’ai déjà certaines réponses à mes questions.
Dois on vivre des expériences pour savoir ce qu’on fait sur terre ? Le fait de croiser des gens ou revivre quelques choses avec eux font qu’on a pas finit alors ce travail (ce pourquoi on est sur terre ?)
….dernière question souvent mes intuitions ou ma façon de penser font que les événements arrivent après comme une sorte de voyance ….qu’est ce qui déclenche ça ?
Quand je fais une sieste je m’écroule de temps en temps très profondément et je sens mon corps voyager et partir et je regarde ça et je prends conscience que je dors mais que je me souviens de tous …pour l’instant les situations ou les cadres que je vois à travers mes rêves sont flous mais je me sens vivre quelque chose de bizard , une sorte d’autre étapes ou d’autres vies ?
Voilà j’espère que vous pourrez me répondre. Faiza »

– Maxime:

Faiza, merci pour ta question.

Alors ta première question c’est : « Tu te sens bien, la vie te paraît plus simple, mais comment savoir avec l’histoire de la petite âme pourquoi je suis sur terre ? Dois-je écouter cette petite voix que j’ai d’ailleurs toujours entendue – qui me parle, et la suivre ? »

Oui. En fait, on ne sait pas pourquoi on est fait. Puisque on l’a oublié. C’est effectivement quelque chose qu’on a choisi, en tant que petite âme, avant de venir ici, pour vivre des expériences. Et c’est à cela que sert la vie sur terre. La vie sur terre c’est vivre des expériences pour en apprendre plus sur soi, pour se trouver vraiment, pour mettre plus de conscience sur à quoi sert la vie et faire grandir tout cela.

Petit à petit, conscience individuelle après conscience individuelle, on touche une conscience collective. Et c’est cette conscience collective qui petit à petit, change le monde et fait de nous des nouvelles personnes.

Puis, effectivement, on trouve un chemin qui nous convient mais le but ultime du chemin sur terre c’est la croissance personnelle, l’éveil, c’est monter, en terme de niveau de développement, en terme de conscience et de croissance. Et c’est à cela que cela sert.

Dans ta question, j’entends comme un but… Il n’y a pas de but ultime, c’est cela que je veux dire. Ne cherche pas une réponse concrète, ferme et définitive. Cela n’existe pas, c’est de l’illusion. C’est être toujours déçu parce que finalement on s’attend toujours à quelque chose, donc on ne trouve jamais. L’attente pointe toujours la déception donc ce n’est pas la bonne voie.

La bonne voie c’est qu’il y a des choses qui t’arrivent sur cette planète Terre, ces choses-là sont utiles et nécessaires pour toi sinon elles ne t’arriveraient pas et de là, s’opère un mouvement à l’intérieur de toi si il y a de l’ouverture.

S’il n’y a pas d’ouverture, il y a de la souffrance, puisque c’est la résistance à ce qui nous arrive qui créée la souffrance. Ce n’est pas ce qui nous arrive, tant, qui nous fait souffrir. C’est notre interprétation de ce qui nous arrive. On lui met une étiquette négative. « Tu te rends compte de ce qui m’arrive, c’est dur… ». C’est cela qui fait souffrir, ce n’est pas vraiment ce qui nous arrive qui fait souffrir, c’est l’étiquette qu’on met dessus.

Toi, s’il t’arrive des choses, c’est que c’est bon pour toi. Point. Et puis, cela te fait grandir. Point.

Pourquoi cela te fait grandir ? Parce-que cette croissance petit à petit fait que tu rayonnes, tu trouves quelque chose qui fait sens pour toi, d’instant en instant, tu trouves ta voie, ta place. Cela ne veut pas dire que cette voie, cette place, que tu as d’instant en instant va être ferme et définitive. Il y a une suite qui s’opère.

Ce que tu fais aujourd’hui n’est pas forcément ce que tu feras demain. Parce que la croissance continue. Ce que je fais aujourd’hui ne sera pas exactement peut-être ce que je ferai demain. Ou pas de la même manière, peut-être un peu différemment, avec une autre manière de dire, de faire, de penser. Cela évolue en permanence. C’est là où ce n’est pas figé.

Il n’y a pas de « ça y est ! J’ai trouvé ce pour quoi j’étais fait ! Statu quo, je ne bouge plus et je suis peinard ! ». Cela ne marche pas cela ! C’est important, car j’entends un peu de cela derrière.

Donc là où tu es maintenant, c’est parfait ! Tu es à ta place. Et d’instant en instant, tu évolues en fonction de ce qui t’arrive. Ok ? C’est tout !

Donc « Comment savoir avec l’histoire de la petite âme, pourquoi on est sur terre ? ». Et bien, tu es là sur terre pour grandir, te trouver, faire ce pour quoi tu es faite. Et cela se fait au fur et à mesure. Et il n’y a rien de figé là-dedans. Tu dois faire confiance à la vie, elle t’apporte ce qu’il faut, au bon moment.

Ensuite, une autre question qui est « Comment savoir qu’une personne est faite pour nous ? ».
Et là encore, mauvaise pioche ! Il n’y a pas de « LA bonne personne », cela est totalement illusoire. Ce sont les gens qui cherchent à se rassurer à travers une relation : « Ah, j’ai enfin trouvé la personne idéale et je vais être tranquille. Je vais enfin… ». Enfin quoi d’ailleurs ?!

Une relation amoureuse, cela sert à quoi ? Cela sert à générer au sein d’un cocon un peu privilégié une croissance perpétuelle. 1+1 = 3. Ce « 3 » est la relation qu’on crée ensemble. Et cette relation sert à nourrir la croissance de chacun, à travers l’effet miroir et la résonance. C’est à dire que l’autre, sans arrêt, met en résonance, soit ce qui est refoulé en nous, soit ce qui est révélé. Mais généralement, c’est ce qui est refoulé.
L’autre fait miroir en permanence, du coup l’autre – ce que fait la majorité des couples – accuse son partenaire de générer en lui des choses désagréables : « Arrête, j’en ai marre… ». L’autre devient le responsable de notre souffrance, sauf que la vérité, c’est que GRÂCE à l’autre, on met le doigt sur NOTRE souffrance. Ce n’est pas pareil du tout.

Et à quoi sert un couple, une relation : et bien, à cela ! A grandir au travers de cette relation. Et c’est beau. C’est pour cela qu’on aime l’autre. On l’aime car grâce à l’autre, il y a croissance aussi, plutôt que de l’accuser.

Le problème, ce n’est jamais l’autre. Cela n’existe pas. Ce ne sont que les ego qui disent cela, que le problème c’est l’autre. Mais on n’est pas qu’un ego. Je pense que tu en as bien conscience quand je lis le dernier paragraphe. On est autre chose, qui s’est réincarné, et est venu vivre et faire des expériences, et grandir.

La vie, la terre, sont une école à croissance. Et la relation amoureuse sert à cela, la relation de couple sert à cela. Donc il n’y a pas une « bonne » personne.

Comment savoir qu’une personne est faite pour nous ? A partir du moment où tu croises quelqu’un, c’est que c’est la bonne personne. A ce moment-là. Quand tu rencontres les gens, tu peux rencontrer n’importe quels gens, mais tu tombes sur UNE personne, pourquoi celle-là plutôt qu’une autre ? Tu vois bien que l’on ne contrôle pas grand-chose ?

Donc, quand on rencontre des gens et encore plus des gens avec qui on crée une relation intime, c’est la bonne personne. Après on ne sait juste pas ce que cela va devenir. On ne sait pas quelle forme va prendre la relation.

Une relation amoureuse est d’abord une relation d’amour, comme tu aurais avec ta meilleure amie, par exemple. Et en plus de cela, tu rajoutes la sexualité, cela fait une relation amoureuse.

Mais, avant tout, la base c’est quand même l’amour. Et quand on rencontre une personne, LA bonne personne, c’est d’apprendre finalement à créer cet Amour dans la relation et après on y met ce que l’on veut en terme de forme, c’est moins grave finalement, ce n’est pas le but ultime.

Le but ultime, c’est l’évolution. Et la relation sert à cela. Donc il n’y a pas de BONNE personne sinon c’est un filtre. « Est ce que tu es la bonne, est ce que tu n’es pas la bonne ? ». Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que j’attends de l’autre, de cette bonne personne qu’elle me rende heureuse. Autrement dit, j’attends de toi que tu me rendes heureux et si tu ne le fais pas, c’est que tu n’es pas la bonne personne ?! Au secours !

C’est de l’exclusion, c’est de l’ego, cela ! C’est mauvaise pioche ! Ce n’est pas bon du tout. En plus c’est de la dépendance affective, effectivement, parce que je demande à l’autre qu’il me rende heureux, cela veut dire que sans l’autre, je suis malheureux. Donc on n’est pas du tout dans le 1+1 = 3 là. On est bancal, on penche et donc on s’appuie sur quelqu’un d’autre pour s’aider à se relever.

Donc 1ère question : il n’y a pas de bonne place. D’instant en instant, cela évolue.

2ème question : il n’y a pas de bonne personne. Les rencontres font la croissance et c’est tout. C’est important.

3ème question de Faiza : « Doit-on vivre des expériences pour savoir ce que l’on fait sur terre ? »

– Maxime :

Et bien oui. Cela répond à la 1ère question en fait. Comme on a oublié ce qu’on avait choisi, en tant que petite âme, on n’a pas d’autre solution que de vivre des expériences. De vivre et d’apprendre de ces expériences, d’utiliser tous ces événements pour grandir, se remettre en question, voir ce que cela nous fait.

Et non pas pour juger, pour exclure : « Tu te rends compte ce qui m’est arrivé ? Ce n’est pas normal, c’est de sa faute !… ».

Cela ne fait pas grandir. Cela reboucle, on ne comprend pas et cela se répète jusqu’à ce que, enfin, on se pose les bonnes questions. Puisque l’on sait que cela marche comme cela, c’est quand même ballot.

Autant se dire « Cela ne m’arrive pas par hasard. Pourquoi cela m’arrive-t‘il ? Qu’est ce qui fait que je génère cela ? ». Et si je ne trouve pas, je me fais accompagner. Le fait de croiser des gens ou revivre quelque chose avec eux fait qu’on n’a pas fini alors ce travail. Ce pourquoi on est fait. Ce travail n’est jamais fini. Sinon tu t’appellerais Jésus ou Bouddha et tu ne serais pas là. Clairement le travail n’est pas fini. Et encore que Jésus et Bouddha, on ne sait pas s’ils ne sont pas dans un autre univers, plus évolué que le nôtre, en train d’apprendre sur eux aussi.

On n’est que dans une quête, Faiza, là. La quête de savoir absolument pourquoi je suis fait, pour avoir terminé un truc, la quête de trouver quelqu’un parce que… La quête de finir un truc. Non, on est sur un chemin. Et le chemin ne s’arrêtera jamais. Tu mourras, tu n’auras sans doute pas fini ton chemin. Et si tu l’as fini, tant mieux. Mais ne pars pas là-dessus, parce que la barre est très haute. C’est juste illusoire.

Ce qu’il t’arrive est la meilleure chose qu’il pourrait t’arriver et contente toi de vivre ces expériences et d’apprendre sur toi. Et arrête cette quête illusoire, totalement illusoire, de finir un truc ; comme si ce qu’il t’arrivait n’était pas… comme si tu attendais autre chose.

Tu passes à côté des événements et des situations et du coup, il y a certainement de la souffrance derrière cela. Laisse, glisse là-dessus. Il t’arrive cela, c’est la meilleure chose qui peut t’arriver puisque cela t’arrive.

Tu en es là. Et tu apprends des choses en fonction de ce qui t’arrive. La vie est bienveillante à ton égard, elle t’envoie ce qui correspond à ton évolution, d’instant en instant. Si tu revis des choses c’est qu’il y a des questions qu’il faut que tu te poses. Si cela se répète dans ta vie, oui, on est dans un schéma de répétition, donc oui, cela réveille certainement des choses en toi qu’il faut aller chercher et creuser. Ce n’est pas du tout inutile, c’est même très important.

Et puis dernière question : « Souvent mes intuitions ou ma façon de penser font que les événements arrivent après, comme une sorte de voyance. Qu’est ce qui déclenche cela ? »

– Maxime :

Je ne sais pas. Tu as peut-être un don de voyance, de médiumnité, quelque chose comme cela. Peut-être que certaines choses sont écrites, marquées. On peut tout imaginer. Quand tu sors comme cela, que tu t’évades, que tu vas plus loin, plus haut, que tu t’observes, tu touches quelque chose qui est une vérité plus universelle.

Tu touches ce que l’on est vraiment. C’est à dire pas juste un corps. Tu touches cette âme, cet être qui effectivement lui voyage, notamment dans nos rêves. Ce que tu vis c’est juste une autre vérité que notre ego ne peut pas comprendre et que notre mental ne peut pas comprendre ; puisque l’on n’est pas dans ces dimensions.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Encore une fois, à quoi cela sert de savoir cela ? Contente-toi d’utiliser cela. Si tu peux t’en servir pour mieux t’aiguiller, parfait ! Mais sors de ce mental, de cet ego.

« Une sorte d’autre étape ou d’autre vie ». Oui c’est cela. Effectivement, je pense qu’il y a quelque chose après, une autre dimension. Qu’on ne connaît pas encore. Qu’on a dû connaitre, qu’on a certainement oublié.

En méditation, on arrive à se connecter à ces espaces-là. Ces espaces d’inclusion totale où on a des perceptions très grandes. Où l’intuition est fiable, où on entend, où les inconscients se parlent.

La science quantique démontre ce phénomène. Cela n’a rien d’ésotérique à ce que je raconte. C’est physiquement expliqué par la science quantique. Les inconscients se parlent, la vibration, et les énergies sont une réalité. Ce n’est pas parce que notre ego n’aime pas cela que ce n’est pas vrai. Tu vis certainement cela concrètement. Tu en fais l’expérience. Essaie d’utiliser cela, de demander à ce moment-là, ce qui est bon pour toi.

Voilà Faiza, pour tes différentes questions. Maxime

Source : Maxime Gréau – http://heureux-dans-sa-vie.com
Transmis par Nadine Jane S. pour Chrysalyda.com

Cet article, publié dans Développement personnel, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s