La leçon de l’Aigle

La leçon de l’aigle

L’aigle a la plus longue vie de tous les spécimens de son espèce : Il peut vivre jusqu’à 70 ans.
Mais pour atteindre cet âge, l’aigle doit prendre une difficile décision en atteignant 40 ans:

1 – Ses longues serres devenues trop flexibles ne peuvent plus se saisir de la proie qui lui     sert de nourriture.
2 – Son long et pointu bec devient trop coudé.
3 – Ses ailes sont devenues trop lourdes en raison de leurs nombreuses anciennes plumes épaissies, et elles rendent son vol difficile.
Alors, l’aigle fait face à un choix difficile : mourir ou passer par un processus douloureux de changement qui durera 150 jours… soit 5 longs mois.
Ce processus exige que l’aigle vole jusqu’en haut d’une montagne sur son nid.
Là, l’aigle va frotter et frapper son bec contre une roche jusqu’à ce qu’elle l’érode. Après cela, il attendra la repousse d’une corne neuve et rigide qui formera un nouveau bec.
Ensuite, il tentera d’arracher et d’user ses serres. Après cela de nouvelles serres se développeront selon un processus de repousse permanente. Puis encore, l’aigle commencera à plumer ses plumes âgées.
Après cela, des plumes neuves plus légères et plus souples repousseront. Et enfin, après ces cinq mois de douloureuse patience, l’aigle prendra son vol célèbre de renaissance et pourra vivre ses 30 années supplémentaires.

Pourquoi le changement est-il parfois nécessaire pour nous aussi ?
Souvent, pour survivre, nous devons, nous aussi, commencer un processus de changement. Nous devons alors parfois douloureusement nous débarrasser de vieilles habitudes, souvenirs, coutumes.
C’est seulement libéré du fardeau du passé que nous pouvons alors profiter du présent et de l’avenir.
C’est la leçon de l’aigle

Envol centre de formation chamanique.
Transmis par Nadine Jane S. 

Cet article, publié dans Animaux Totem, Chamanisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La leçon de l’Aigle

  1. ThySan dit :

    La difficulté chez l’Humain, c’est de comprendre ce processus, et de l’accepter. Il lui faut des événements dramatique pour s’y résoudre et encore!

    • nadinejanes dit :

      Je suis d’accord avec toi, ThySan. Et le constate tous les jours, dans mon milieu de travail. Souvent faut il qu’il en arrive à être gravement malade pour percuter… et bien souvent, cela ne suffit pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s