Le miroir de fumée

feu 1Le Miroir de Fumée

Don Miguel Ruiz 
Extrait des « Quatre accords Toltèques ».

Il y a trois mille ans vivait un être humain comme vous et moi, habitant près d’une ville entourée de montagnes. Cet humain étudiait pour devenir homme-médecine et apprendre la connaissance de ses ancêtres, mais il n’était pas entièrement d’accord avec tout ce qu’il apprenait. Dans son cœur, il sentait qu’il devait exister quelque chose d’autre.

12009611_1481597035469762_6178673467604636269_nUn jour, alors qu’il dormait dans une grotte, il rêva qu’il voyait son propre corps endormi. Il sortit de la grotte par une nuit de nouvelle lune. Le ciel était clair et il pouvait voir des millions d’étoiles. Puis quelque chose se produisit en lui qui transforma sa vie à jamais. Il regarda ses mains, sentit son corps et entendit sa pro­pre voix dire : je suis fait de lumière; je suis constitué d’étoiles.

Il regarda à nouveau les étoiles et comprit que ce ne sont pas les étoiles qui créent la lumière, mais plutôt la lumière qui crée les étoiles. Tout est fait de lumière, se dit-il, et l’espace entre toutes choses n’est pas vide. Et il sut que tout ce qui existe n’est qu’un seul être vivant, et que la lumière est le messager de la vie, parce qu’elle est vivante et contient la totalité de l’information de vie.

Puis il réalisa que, bien qu’étant constitué d’étoiles, il n’était pas ces étoiles. Je suis entre les étoiles, se dit-il. Alors il appela les étoiles le tonal et la lumière entre les étoiles le nagual et il sut que c’est la Vie (ou l’Intention) qui crée l’harmonie et l’espace entre les deux. Sans la Vie, le tonal et le nagual ne pourraient exister. La Vieest la force de l’absolu, du suprême, du Créateur qui crée toute chose.

12575994_1115312791812691_36602355_nVoici ce qu’il découvrit : tout ce qui existe est une manifestation de ce seul être vivant que l’on appelle Dieu. Tout est Dieu. Et il en conclut que la perception humaine n’est que de la lumière percevant de la lumière. Il vit aussi que la matière est un miroir — tout est un miroir réfléchissant la lumière et créant des images de cette lumière — et que le monde de l’illusion, le Rêve, n’est que de la fumée nous empêchant de voir qui nous sommes vraiment. Le vrai moi est pur amour, pure lumière, dit-il.

Cette compréhension changea sa vie. Sachant qui il était vraiment, il regarda les autres êtres humains et le reste de la nature, et fut étonné de ce qu’il vit. Il se voyait lui-même en toute chose, dans chaque être humain, cha­que animal, chaque arbre, dans l’eau, dans la pluie, les nuages et la terre. Et il voyait que la Vieunit le tonal et le nagual de différentes manières pour créer les milliards de manifestation de la Vie.

Durant ces quelques instants, il comprit tout. Il était enthousiasmé et son coeur rempli de paix. Il était impa­tient de partager avec les siens ce qu’il avait découvert. Mais aucun mot ne parvenait à l’expliquer. Il essaya d’en parler aux autres, mais ceux-ci ne comprenaient pas. Ils voyaient bien qu’il avait changé, que quelque chose de magnifique irradiait de ses yeux et de sa voix. Ils avaient aussi remarqué qu’il ne portait plus de jugement sur rien ni personne. Il n’était plus comme les autres.

Il comprenait très bien chacun, mais personne ne pouvait le comprendre, lui. Ils croyaient qu’il était une incarnation de Dieu. Il souriait lorsqu’il entendait cela et leur disait : C’est vrai, je suis Dieu. Mais vous aussi, vous êtes Dieu. Vous et moi sommes pareils. Nous sommes des images de lumière. Nous sommes Dieu.Mais les gens ne le comprenaient toujours pas.

Il avait découvert qu’il était un miroir pour les autres, dans lequel il pouvait se voir lui-même. Chacun est un miroir, se dit-il. Il se voyait en chacun, mais personne ne le voyait, lui, comme soi-même. Et il réalisa que tous rêvaient, mais sans conscience, sans savoir vraiment qui ils étaient. Ils ne pouvaient le voir comme eux-mêmes, parce qu’il y avait un mur de brouillard ou de fumée entre les miroirs. Et ce mur de brouillard provenait de leur interprétation des images de lumière : le Rêve des humains.

Puis il sut qu’il allait bientôt oublier tout ce qu’il avait appris. Il voulait se souvenir des visions qu’il avait eues, aussi décida-t-il de s’appeler lui-même Miroir de Fumée, afin de toujours se rappeler que la matière est un miroir et que c’est la fumée entre les miroirs qui nous empêche de savoir qui nous sommes. Il dit :

Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu’il y a entre nous. Cette fumée est le Rêve, et le miroir c’est nous, le rêveur.

Don Miguel Ruiz, Les quatre accords Toltèques, Introduction, Ed. Jouvence, 1999.

Transmis par Nadine Jane S. pour Chrysalyda.com
Remerciements à Yann C. 

Des ouvrages de référence

Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le « rêve de la planète », basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques que Castenada fut le premier à faire découvrir au grand public. Don Miguel révèle ici 4 clés simples pour transformer sa vie et ses relations, tirées de la sagesse toltèque. Leur application au quotidien permet de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour.
Les quatre accords toltèques : 1 – Que ta parole soit impeccable ; 2 – quoiqu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle ; 3 – Ne fais aucune supposition ; 4 – Fais toujours de ton mieux.1 million d’exemplaires vendus en France de ce texte de référence en développement personnel. UN EVENEMENT !


Dans La maîtrise de l’amour, don Miguel Ruiz met en lumière les croyances et suppositions fondées sur la peur, qui sapent notre capacité à aimer, créant des conflits et des souffrances dans nos relations. A l’aide d’histoires et d’allégories puissantes pour donner vie à son message, l’auteur nous indique comment guérir nos blessures émotionnelles, comment recouvrer la liberté et la joie qui sont nos droits de naissance, ainsi que l’esprit du jeu, indispensable pour établir des relations d’amour. La maîtrise de l’amour comprend notamment : la cuisine magique, la chasseresse divine, la voie de la peur et de l’amour, la guérison du corps émotionnel.


Ce magnifique ouvrage illustré de photographies inédites est un hommage à la gloire des femmes amérindiennes du XIXe siècle, ces femmes nomades qui complétaient parfaitement les grands chefs et les guerriers. Leurs paroles, leurs visages, témoignent de façon éloquente et poignante de la sagesse, de la force et de la beauté d’âme qui les caractérisaient. Les histoires traditionnelles, les légendes et les rituels illustrent le rôle important joué par le féminin dans la culture sacrée des tribus.


Ce magnifique ouvrage est illustré de nombreuses photographies sépia témoignant de la vie et de la sagesse du peuple amérindien. Agrémenté de l’avant-propos de James Tropser, chef Shoshone de la Danse du Soleil et des plus belles citations des chefs des temps anciens, il nous ouvre au monde sacré et traditionnel des Amérindiens.


En s’appuyant sur le best-seller mondial de son père, Les Quatre Accords Toltèques, Don Miguel Ruiz Jr nous invite à déterminer quel est notre niveau d’attachement à notre propre point de vue ? Dans Les 5 Niveaux d’Attachement, il vous aidera à prendre conscience des accords que vous avez implicitement conclus, durant toutes ces années, qui façonnent votre réalité et déterminent votre avenir. Il vous aidera à vous libérer des nombreux attachements qui ne reflètent plus qui vous êtes aujourd’hui. Ce livre est le fruit de 20 ans de maturation. Don Miguel Ruiz Jr. a commencé son apprentissage toltèque dans sa famille à l’âge de 14 ans, en servant d’interprète à sa grand-mère, Mère Sarita. Face à ses difficultés, celle-ci lui demanda un jour : « Est-ce toi qui te sers de la connaissance, ou est-ce elle qui se sert de toi ? ». La quête de la réponse à cette question a déterminé le destin de Don Miguel Ruiz Jr. Vous trouverez dans ce livre une explication détaillée des 5 niveaux d’attachement, magnifiquement illustrée par une analogie très parlante avec le foot ! et de la manière de vous dégager de ce « ce que vous savez » pour retrouver pleinement « qui vous êtes ».

Cet article, publié dans Philosophie Amérindienne, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s